Mises à jour récentes Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • Pierre 16:29 le 28 October 2013 Permalien | Réponse
    Tags : , ballonements, , , , , , meteospasmyl, seroplex   

    5 ans après 

    J’ai écris mon dernier billet il y déjà 5 ans. Je suivais les commentaires mais je n’avais pas envie de contribuer. Mais après 5 ans, où en suis-je de mes acouphènes ? Mes problèmes de ventre ? Les médicaments ? Le travail ?

    Image

    Acouphènes:

    Ils sont toujours la. Déjà plus de 10 ans maintenant que je me les trimbale jour et nuit… Ca me fatigue toujours autant. J’arrive à vivre avec mais ils m’épuisent nerveusement. Je suis très souvent à fleur de peau et finalement, je prends toujours des médicaments pour me sentir bien et dormir à peu près normalement. Ces dernières années je prenais 25mg de Laroxyl tous les soirs et ça me convenait. J’ai décidé d’arrêter. Ca a duré quelques mois puis je suis retourné voir le médecin, qui m’a prescrit cette fois ci du Seroplex. Un caché tous les soir avant de dormir depuis 5 mois maintenant. Bref, les médicaments m’aident quand même. C’est malheureux d’être obligé d’en prendre pour vivre normalement mais je n’ai pas le choix.

    Maux de ventre / Colopathie:

    Toujours aussi présents: impossible de prendre les transports en commun sereinement. Je vais forcément avoir envie d’aller au toilette avec la diarrhée qui va avec. Sinon ce n’est pas drôle. Pour régler le problème (si l’on peut dire), j’e travaille maintenant dans un bureau et j’habite à 5 minutes. Quelle chance. Pourvu que ça dure ! malheureusement je m’accommode toujours autant de ces problèmes. Ca fait partie de moi, je vie avec. Le principal pour moi est de savoir que je peux aller au toilette à n’importe quel moment. Je recommence à psychoter et à m’imaginer des cancers et autres maladies…

    Et les ballonnements dans tout ça ? Et bien ils sont toujours la, bien présent. des fois c’est monstrueux. Comment puis-je emmagasiner autant d’air ?!? C’est hallucinant…. Et bien comme les acouphènes, je vis avec… Une chose est sur par contre. Je ne me sens plus du tout en capacité de reprendre les transports en commun matin et soir pour allez au boulot. Et ça…. c’est problématique. Je repousse le problème. Concernant les médicaments, mon meilleur ami est le MétéoSpasmyl.

    Comme vous pouvez le voir, je n’ai pas beaucoup avancé, même pas du tout. Je n’emmerde personne dans mon entourage avec ces problèmes et je vis avec. Vous le savez bien, le monde dans lequel on vit n’accepte pas ce genre de soucis, donc on fait semblant 😉

    N’hésitez pas à laisser un commentaire pour me faire partager votre expérience dans ces sujets.

    A bientôt,

    Pierre.

    Publicités
     
    • figard 21:47 le 17 février 2014 Permalien | Réponse

      bonsoir pierre
      j ai pas tout lu mais ton cas semble fortement indique une intolerance au gluten

    • Johnf695 9:55 le 6 mai 2014 Permalien | Réponse

      Beneficial Location Hi gentleman the following transpire a number of web page link with the aim of represses information that will a person may possibly acquire positive yourselves. The Significance Verifying away from home. dfebcdaddeee

    • lolita 14:24 le 8 décembre 2015 Permalien | Réponse

      Bonjour, cela fait 2 ans que vous avez posté votre dernier message, je vous ai lu et relu et encore relu, je vis exactement la même chose que vous! sur tout les points c hallucinant! Pour ma part, j’ai commencé très jeune à avoir des acouphènes (j’etais en 6ème lorsque cela a commencé), puis avec le stress de ces acouphènes sont arrivés des douleurs au ventre, pas tous les jours, mais asez régulière quand même, puis tous les matins, impossible pour moi d’aller en cours si j’avais manger quoi que ce soit le matin, alors jy allais le ventre vide, ma mère pensait que je faisais un régime, personne ne me croyais quand je disais que j’avais mal au ventre. J’ai donc décidé de voir un medecin, puis 2 puis 3, tous en on déduit à une colopathie 😦 . j’ai quand mm réussi a survivre malgrès tout ces pb d’acouphènes nuits et jours, mais la je viens d’accoucher et les problèmes de ventre ont l’air de s’être aggravé! je pense sérieusement à prendre du laroxyl car j’ai énormément maigris, et psychologiquement je n’y arrive plus ! crise d’angoisse la nuit, le jour, peur d’avoir une maladie grave… Le pire dans tout ca, reste les vertiges que j’ai à cause de mes acouphènes, vraiment je pensais avoir touché le fond mais les vertiges quand ils sont la me clous au lit! impossible de me lever! en tout cas, j’espère que tout va mieux pour toi, c’est très dur ce que l’on vit surtout qu’à notre age, les gens sortent, profitent de la vie! bon courage

  • Pierre 16:41 le 4 November 2008 Permalien | Réponse
    Tags : , alicaments, alprazolam, , , , , , cholestérol, , cortisone, Démangeaisons, , grater, infiltrations, , ketum, , , , , , prostate, rovamycine, , silence, soulager, teinture de jarobandi, Tendinite, , tridesonit, triglycérides   

    Suis-je un handicapé ? 

    Et oui. J’en viens à me demander si je ne suis pas un handicapé. Cela fait maintenant plusieurs années que j’ai des acouphènes, que mon tube digestif m’empêche de travailler sereinement (voir ici), et m’oblige à prendre un arret maladie au minimum une fois par an. Où en suis-je depuis que j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes il y a 10 mois ?

    Nuage de problemes

    Le médecin généraliste me prescrit actuellement pour le ventre et l’anxiété qui va avec 100mg de Laroxyl le soir et 50mg le matin, ainsi qu’un alprazolam 0,50mg le soir. Est-ce que ça marche ? Oui, je n’ai plus de diarrhées tous les jours. Maintenant je suis constipé 2/3 ou 4 jours, et le jour suivant, je me lâche. Si ça tombe sur un jour de boulot, c’est foutu. Donc pour le moment c’est pas terrible. Il faut que je retourne voir le médecin pour voir ce que l’on fait.

    Depuis quelques mois, j’ai une boule qui a apparu pas loin du ganglion gauche dans la gorge. Je peux même sentir ça avec la langue de l’intérieur. Je vais voir un ORL. Il m’envoie passer un scanner, pour écarter le risque d’une masse osseuse tumorale. Je fais en plus un panoramique dentaire histoire de voir si ce n’est pas à cause de l’arrachement des dents de sagesses. résultat, rien. Il pense que ça vient d’une de mes glandes salivaires. Qu’est-ce que je fais alors ? Il me prescrit pendant 7 jours un antibiotique, du Rovamycine, ainsi que 30 gouttes de « teinture de jaborandi » 1/4 d’heure avant chaque repas pendant 30 jours. C’est un médicament qui fait saliver, non remboursé. Croyez moi, c’est dégueulasse. Pourtant je ne suis pas difficile avec ce genre de truc. Ce n’est pas pire que le liquide à boire avant de faire une coloscopie, mais ca s’en rapproche. J’ai à peine ouvert le flacon a la maison que j’ai quasiment tout renversé. tant pis. Je retourne voir l’ORL dans trois semaines.

    Mon acouphène. Est-il finalement à l’origine de tous mes problèmes ? Si j’essaie de situer au mieux ce basculement dans ma vie, c’est à partir de l’apparition des acouphènes. C’est tellement stressant d’entendre en permanence du bruit. C’est fatiguant. Je ne sais plus ce que c’est que de se reposer dans le calme, le silence. Le silence n’existe plus dans ma vie, c’est fini. Je vivrai dans la bruit jusqu’à la mort. Ça fait parti des handicapes que l’on ne peut comprendre que lorsqu’on le vit vraiment, je vous assure. C’est dure nerveusement.

    Autre problème, ma tendinite au poignet droit. Après une longue sortie en VTT sur des chemins caillouteux il y a bientôt deux ans, j’ai eu mal au poignée une fois rentré à la maison lorsque je pliais ma main. Elle avait disparu avec beaucoup de mal, 6 mois après. Et bien elle est revenu depuis bientôt 10 mois. Et elle ne guéri pas. La tendinite est la fidèle au poste, me gênant quotidiennement lorsque j’écris longtemps, je bricole, etc. le « Ketum gel » et l’immobilisation en attelle a été essayé jour et nuit pendant 3 mois, sans succès. Le médecin ne voit plus que les infiltrations. Et je n’ai pas envie n’en arriver la pour le moment, j’ai peur que l’infiltration fasse pire que bien

    un gros problème qui commence à prendre de l’ampleur. Ma « boulimie« . Impossible de me contrôler. Je dévore tout ce qu’il y a à la maison. Les paquets de gâteaux disparaissent, tout. Je sais qu’une fois le ventre plein je le regretterai, mais il ne m’est pas possible de me retenir. C’est encore plus dur que d’arrêter de fumer (et pourtant j’ai eu un mal de chien). Et si je réussissais à enfin manger normalement, mes problèmes de ventre se règleraient-il ? Pour le moment je ne peux pas le savoir, je n’arrive pas à me retenir. Et je ne peux pas décider de ne plus rien acheter, ma femme est contre le fait que parce que je suis un goinfre je dois priver tout le monde de gateaux&co. Ya rien à faire de ce coté la. Je pense que le Laroxyl y est pour quelque chose. Parce qu’en arriver à ce stade, Il y a vraiment un problème. Heureusement que ça ne se ressent pas sur mon poids, qui est bon. Par contre, mon taux de cholestérol et de triglycérides atteint des sommets. Je me donne bonne conscience en achetant de la margarine omega3 et autres alicaments…

    Allez on enchaine. Lorsque je vais pisser, je dois attendre longtemps avant que ca ne vienne. Cela cacherait-il un problème de prostate, à 29 ans ?!? J’ai des démangeaisons récurrentes entre l’anus et les testicules ainsi que dans le conduit auditif. pourtant, je suis très à cheval sur l’hygiène. Je me soigne avec une pommade à base de cortisone (que je ne suis pas censé utiliser à long terme), de la Tridésonit 0,5%. Si je n’en met pas, l’irritation revient dans la journée, et l’envie de me gratter pour me soulager est plus fort que tout. Parfois jusqu’au sang… Et j’en passe… lorsque je vais chez le médecin, je n’ose pas lui parler de tout ça en même temps de peur qu’il me prenne pour un hypocondriaque qui n’a finalement rien…

    Bref, vous l’aurez compris, rien n’est réglé depuis le début de l’année. Je dois quand même noté la chute du nombre d’arrêt maladie: pas un depuis la dernière fois. C’est un point malgré tout très important pour moi, car mon avenir professionnel passe aussi par la. J’ai eu de la chance, mes problèmes intestinaux ont pu être gérés sur mes jours de repos. Mais comme la période hivernale est plus dure à supporter, je ne suis pas optimiste pour les mois qui viennent. J’ai l’impression que me corps peux accepter tout ça parce que je n’ai pas encore trente ans, mais bientôt, la facture va tomber, et elle risque d’être salée… Pas encore trente ans et une foule de petits handicapes qui s’installent. Suis-je un handicapé ? Je ne sais pas. Suis-je handicapé ? Oui, je le suis.

    Pierre.

     
    • Emmanuel G 11:37 le 11 décembre 2008 Permalien | Réponse

      Cher Monsieur

      Tombé par hasard sur votre blog, je me permets de vous recommander quelque chose : aller voir un bon psychothérapeute. Je suis quelqu’un de très rationnel (formation d’ingénieur) et je suis opposé aux médecines alternatives en général (quand elles promettent quelque chose qu’elles ne peuvent pas tenir). Mais il me semble que l’accumulation de vos symptômes marque un gros souci psychologique.

      Handicapé ? Non, je ne crois pas que vous le soyez, même si tous ces soucis de santé sont handicapants. Hypocondriaque ? Je ne le crois pas non plus.

      Je pense que tous ces soucis de santé sont une façon pour votre corps de crier que quelque chose ne va pas, que quelque chose n’est pas résolu. Souvent, presque toujours, cela correspond à des souffrances vécues pendant la petite enfance et sur lesquelles on a « mis un couvercle » parce que c’était par trop douloureux. Mais ces souffrances non résolues se vengent en revenant à notre insu.

      Je vous suggère donc bien amicalement de faire une thérapie. C’est un investissement en temps et en argent, mais il en vaut la peine. Vous êtes trop jeune pour porter ce fardeau.

      J’ai 46 ans et je fais un travail thérapeutique depuis deux ans, qui arrive bientôt à son terme. Je ne regrette qu’une chose : ne pas l’avoir fait plus tôt !

      Prenez soin de vous

      Emmanuel Grenier

    • Emmanuel G 11:41 le 11 décembre 2008 Permalien | Réponse

      PS : ce travail thérapeutique vous permettra de mettre à jour cette souffrance intérieure . En la reconnaissant, en l’acceptant, vous vous en délivrerez. Et je vous parie une bonne bouteille que vos symptômes disparaîtront.

      Je vous recommande de choisir un ou une thérapeute « humaniste ».

    • M. 13:34 le 12 décembre 2008 Permalien | Réponse

      Bonjour et merci pour votre message. J’ai vu un psychiatre une fois par semaine pendant 2 ans, il y a maintenant 3 ans. Ça ma fait du bien de parler, et ca me rassurait de pouvoir parler de mes craintes de façon régulière.
      Peut-être devrais-je revoir quelqu’un. Pourtant, je n’ai pas l’impression d’avoir quelque chose a dire de particulier…

    • Pedro Lane 20:14 le 20 décembre 2008 Permalien | Réponse

      Un psychiatre n’est pas un psychothérapeute. Il y a une large différence.
      Je partage les recommandations d’emmanuel concernant le psy « d’obédience humaniste. »
      SI vous ne « guérir » vous prendra du temps, au moins la plupart des symptômes deviendront supportables très rapidement.
      De plus c’est aussi un gout personnel. Faut que le courant passe entre le psy et vous. Donc prenez bien votre temps pour le choisir, et n’hésitez pas à en changer, dès le début si le style vous convient pas.

    • M. 22:48 le 20 décembre 2008 Permalien | Réponse

      Auriez vous une idée d’un prix (fourchette) juste ? Parce que ça varie beaucoup je trouve. Et comme c’est entièrement à mes frais, c’est une dépense qu’il faut pouvoir assumer. Merci pour vos conseils.

    • adrien 13:18 le 19 avril 2011 Permalien | Réponse

      Bonjour,

      Je souffre du même handicap que vous (laxophobie). Oui c’est bien un handicap.
      Lorsque cette pathologie a un impact sur votre vie sociale, sur votre quotidien, et que cet impact vous pénalise (arrêt de travail réguliers…) on parle d’handicap.

      Dans mon travail, je suis excessivement pénalisé. Chaque jour, je dois assister à des réunions dans une salle de réunion dont il est difficile de s’extirper discrètement. Donc chaque jour les même problématique d’organisation.

      Je dois me lever 1h30 voir 2 heures avant l’arrivée au travail, je dois me vider, et je dois arriver en forme au travail afin de cacher tout cela à mes collègues (que j’apprécie vraiment par ailleurs…). Au final, j’arrive fatigué, stressé, mes capacités de concentration fortement détériorées.

      Cela m’handicap dans mon travail, sans parler dans mes relations sociales, que ce soit avec mes amis (qui ne sont pas au courant), ma petite amie qui est au courant et m’aide énormément, ou ma famille. Devoir anticiper toute sortie, ne laissez aucune place à l’imprévu, à l’aventure, ce qui doit être la plus belle chose pour des personnes de mon age (moins de 30 ans).

      Cette maladie est un handicap, cet handicap me rend la vie beaucoup plus difficile. La votre aussi.

      Bon courage, je vous comprends et vous soutiens.

      Ad.

    • emy 14:01 le 12 septembre 2011 Permalien | Réponse

      21 ans , j’ai du arrêté mes études d’infirmiere (3eme année ) car je n’arrivai plus a prendre le bus du aux même problèmes que vous.
      Allez vous mieux? Pouvez vous m’aider?

      • M. 9:07 le 28 septembre 2011 Permalien | Réponse

        Bonjour Emy,

        juste un message pour dire que je continue à vivre au jour le jour. Cependant, grâce aux médicaments que je prends tous les jours (Laroxyl), je retrouve une vie quasi normale. Mais des que j’arrête le traitement, ça revient comme en 40…

        Bon courage 🙂

    • deve 14:34 le 4 juillet 2013 Permalien | Réponse

      bonjours.pour les démangeaisons entre anus et testicules et oreilles peut étre un bon vermifuge.lorsque l’on a des vers cela se ressent jusque dans les oreilles qui grattent,le nez ,anus et autre

    • Pierre 0:04 le 29 octobre 2013 Permalien | Réponse

      test

  • Pierre 13:57 le 19 July 2008 Permalien | Réponse
    Tags : ballonnement, , gaz, odeur, péter, ventre   

    Ballonné comme jamais ! 

    Je ne sais pas si ça vous ai déjà arrivé, mais parfois, vous avez un ventre énorme, extrêmement ballonné, et vous avez des gaz de malade. Vous pétez des quantités énorme, toute la journée. Et quand ça part, ça vous soulage, car vous sentez votre ventre se vider de tout l’air stocké. Si ça vous arrive au boulot, c’est impossible de terminer la journée. Vous avez mal au ventre et vous embaumez l’espace toutes les trente secondes.

    J’ai donc vécu cette journée il y a quelques jours. J’étais en repos ce jour la, et ma femme était au travail, heureusement. J’avais entre-ouvertes toutes les fenêtres de la maison tellement je puais. Ca rappelle une expression des années collège: « tu as le cancer du cul ou quoi ?!?« . Je me suis donc vidé toute la journée, jusqu’au soir, où j’ai enfin pu retrouver un ventre plat. Le lendemain, le problème était réglé. Mais comment ai-je pu accumuler autant d’air ? Ou plutôt comment mon intestin a pu produire autant de gaz ?

    Décidément, les problèmes de bide ne partiront jamais.

    Pierre.

     
    • ftg99 11:48 le 4 novembre 2008 Permalien | Réponse

      Tu as raison, ça ne partira peut être jamais… mais tu es en passe de prendre du recul sur la chose, c’est déjà bien!
      J’écris un blog du même type. On pourrait partager nos malheurs, j’ai déjà mis le tient en lien…

    • M. 13:55 le 4 novembre 2008 Permalien | Réponse

      Je t’ai également ajouté dans le blogroll.
      Et oui, je commence à avoir déjà pas mal de recul désormais, et je suis persuadé que ces problèmes ne partiront jamais. J’adapterai au mieux ma vie en fonction de ça. Le gros soucis toujours récurent, c’est le travail. Lorsque ces handicapes (oui oui, handicape) ne permettent plus de bosser comme ses collègues, c’est dur. Et changer de travail n’est malheureusement pas possible pour tout le monde.
      Ainsi va ma vie.
      A+
      M.

  • Pierre 14:03 le 16 July 2008 Permalien | Réponse
    Tags : , effets secondaires, , ,   

    Laroxyl et boulimie 

    Cela fait maintenant plusieurs mois que je ne suis pas passé sur le blog écrire un article. Ça veux donc dire que je suis sortie un peu du cercle infernal de la recherche de toilettes face à une diarrhée impérieuse.  Mais les problèmes ne sont pas pour autant réglés.

    Le Laroxyl me rend boulimique

    Donc oui, je n’ai quasiment plus de diarrhées comme avant. Je prend depuis plusieurs mois le soir 100 mg de Laroxyl (antidépresseur) + 1 Alprazolam (anxiolytique) 0,50 mg, et 50 mg de Laroxyl le matin. Je trouve que ça fait un peu beaucoup, mais je suis la prescription de mon médecin. Il se trouve que ce médicament me constipe. A mon avis, ce médicament enlève une partie de l’eau du corps, car j’ai comme effet secondaire (assez gênant) de ne plus avoir suffisamment de salive. Je me balade donc constamment avec une bouteille d’eau. L’effet secondaire le plus gênant est pour moi l’envie de tout dévorer. Je mange tout ce qui me passe sous la main, surtout le sucré. Impossible de se raisonner, c’est plus fort que tout. Je fais le tour de la maison sans arrêt pour trouver un gâteau à me mettre sous la dent, je rouvre des placards précédemment ouvert 15 fois avant. Et quand je commence, impossible de m’arrêter. Avant d’écrire cet article, je viens par exemple de m’enfiler une bonne plâtré de pattes avec un steak (normal, c’est le repas du midi), un yaourt au chocolat (ça passe encore), une barre Sneakers, et surtout, 1 paquet entier de « petit écolier« . Une fois le tout avalé, j’ai un sentiment de plénitude, voir de « zenitude ». Je me sens bien. Calme, reposé, serein ou presque. Car une fois l’estomac rempli, je culpabilise. Je me dis qu’a partir de maintenant, j’arrête de manger comme un porc. Mais une fois la faim revenue, je recommencerai… Mais je ne vomi pas (Je ne vomi pour ainsi dire quasiment jamais. La dernière fois ça remonte aux excès de mes 18/20 ans lorsque je rentrai chez moi bourré et que je m’endormais sur mon lit, la tête dépassement légèrement sur une bassine…).

    Voila donc pourquoi j’ai appelé cet article « Laroxyl et boulimie« . J’ai beau avoir toujours été gourmand, la c’est pire que tout. Je pensais avoir de la volonté, la je capitule. Je suis d’une allure svelte, ça ne se remarque pas. Mais je n’imagine pas l’état de mes entrailles…

    Pierre.

     
    • Elodie 9:56 le 9 octobre 2008 Permalien | Réponse

      Bonjour, je suis laxophobe et colopathe également comme toi ! l’enfer au boulot j’ai connu aussi, le mensonge, la recherche désespérée de toilettes etc. Si tu veux qu’on en parle pas de problème !J’ai même trouvé le moyen de travailler chez moi et ca va beaucoup mieux, je ne pourrais plus prendre les transports, ça accentuerait mon anxiété !!!!
      Bises

    • M. 10:28 le 9 octobre 2008 Permalien | Réponse

      Bonjour Elodie. Et oui, ce n’est pas facile de vivre ça, mais bon, on a souvent pas le choix… Tu as trouvé quoi comme boulot à domicile ?

    • Mélanie 11:50 le 20 janvier 2009 Permalien | Réponse

      Bonjour,

      Le laroxyl provoque des crises d’angoisse (c’est d’ailleurs surement pour cela que ton medecin a également prescrit l’alprozalam). Et les crises d’angoisses sont souvent la cause de crises boulimiques… Surtout, tiens bon et ne te fais pas vomir, sinon c’est l’engrenage infernal (et infernal, tu peux me croire sur parole, ca fait 2 ans que je lutte….)
      Parle-en à ton medecin pour revoir le traitement, il y a surement qq chose à faire avant que ca ne deviennent une mauvaise habitude ou une maladie.
      Bonne chance!

    • M. 19:35 le 20 janvier 2009 Permalien | Réponse

      Même malade, je ne vomi que très rarement. C’est exceptionnel et uniquement involontaire. J’en ai déjà parlé à mon médecin, mais il ne trouve rien d’alarmant pour l’instant. Je continue donc le traitement, depuis déjà bientôt un an. Ça passe vite, et ça fait presque peur de se dire que tous les jours depuis plus de 350 jours, je prends 100mg de Laroxyl et 1 Alprazolam quotidiennement…

    • Pierrete 21:39 le 17 février 2009 Permalien | Réponse

      Je prends du Laroxyl 40mg depuis de nombreuses années pour soulager des douleurs articulaires. Très efficace. Mais j’ai grossi de 10kg. Heureusement que j’étais maigre auparavant. Maintenant j’ai de la rétention d’eau, des spasmes au ventre très douloureux et une envie de manger irrésistible. Une heure après la prise je mangerai tout ce qui me tombe sous la main… D’où dispute avec mon compagnon qui trouve que je suis « détraquée ». Je ne sais pas comment faire.

      J’ai essayé d’arrêter progressivement en diminuant d’une goutte par semaine. Auparavant j’en prenais huit. L’arrêt a été atroce, des envies de vomir, des nausées, la tête qui tournait, etc. Atroce. En une semaine j’ai perdu 3kg en mangeant normalement, et sans besoins intenses et irrésistibles de dévorer n’importe quoi. Plus de spasmes violents au ventre, mais à nouveau des douleurs musculaires et des pertes de sommeil… Que faire ? Ma fille qui n’est pas très compréhensive me dit que je suis droguée et que je dois persister dans l’arrêt de ce traitement, que ça ira mieux dans un mois. J’ai l’impression que je n’y arriverai jamais, j’en veux au neurologue qui me l’a prescrit pour ces satanées douleurs musculaires. Ce que je regrette, c’est que tout ce qui précède n’est pas indiqué sur la notice…

      Qui a arrêté ce traitement, et comment ? Les spasmes violents au thorax et au ventre ont-ils cessés ? Car c’est impressionnant… Je vous précise que j’ai soixante ans et malgré tout ça, je n’ai pas de problème de cholestérol, de sucre ou d’hypertension. Si vous êtes du domaine médical, aidez-moi s’il vous plait… La vie serait si belle, et j’ai tellement envie de faire plein de chose encore… J’ai plein de projets, tant loisirs que professionnels !

    • M. 22:17 le 17 février 2009 Permalien | Réponse

      Je suis devant mon ordinateur, et je reçois un email me disant que j’ai une réponse à cet article. Aujourd’hui, en plus des repas traditionnels que je prends déjà en énorme quantité, j’ai avalé un grand sachet de chips et 4 paquets de M&M’s…

      Je ne fais que ça, bouffer, bouffer, bouffer. J’étais très maigre avant, j’ai pris 20kg. Désormais, j’ai l’apparence d’un mec bien dans sa peau, 1,90 mètres, 85kg. Mais ce n’est pas du muscle, que du gras. ca ne se voit pas, mais je suis entrain de bousiller ma santé. J’en ai pleinement conscience. Mon généraliste trouve que je vais mieux qu’avant, qu’il faut donc poursuivre le traitement. Je n’ai pas encore 30 ans, mais je sais que je ne ferais pas de vieux os. 25mg de Laroxyl le matin, 100mg le soir, 1 cachet d’alprazolam… Avant ça je tournais à l’Effexor.

      Pour en revenir à cette foutu boulimie, c’est que quand je dis que je ne peux pas resister de tout dévorer, c’est vrai. IMPOSSIBLE DE RESISTER. C’est plus fort que moi. Quand je me dirige vers le frigo, je sais que ce n’est pas bien, que je vais le regretter. Mais j’y vais, comme un camé, comme un héroïnomane qui va se faire sa piqure. Je sais que je vais le regretter. Mais c’est tellement plus facile de prendre des bonnes résolutions le ventre plein…

      Pierrette, tu l’aura compris, je n’ai pas la solution à ton problème… Je suis plus jeune, je prends beaucoup plus de Laroxyl que toi, j’ai du cholestérol, des triglycérides, de l’arythmie cardiaque, j’en passe et je ne m’en sort pas.

      Bonne chance à toi.

    • Maé 21:21 le 31 juillet 2012 Permalien | Réponse

      Bonsoir,

      Tout d’abord, je tiens à apporter une légère nuance à votre témoignage. En effet vous dites ne pas vomir ni vous faire vomie, c’est pourquoi, je pense que vous souffrez d’hyperphagie et non de boulimie.
      Je vous conseillerais de consulter un psychiatre. Un psychiatre et non un psychothérapeute car ce dernier ne peut pas prescrire de médicament. Or, le psychiatre pourra vous donner son avis sur votre traitement en cours voire vous en apportez un plus adapté si besoin. D’autre part, est-ce que tout va bien dans votre foyer ou dans votre famille ou même avec vos collègues/patron ? L’hyperphagie a pour but de compenser d’une certaine manière un manque (manque d’amour venant des parents ou comme de son conjoint, une difficulté récente pas franchement évidente à affronter, cela peut être n’importe quoi : décès d’un proche, isolement social, problème au travail…). Vous calmez visiblement vos angoisses avec la nourriture, mais peut-être que vos angoisses sont multiples et ne vient peut-être pas seulement du fait de prendre conscience de vos symptômes ou de nouveaux problèmes de santé qui surviennent.

      Je ne pense pas non plus que vous soyez hypocondriaque, je pense seulement que vous vous inquiétez et commencez à désespérer de trouver une solution. Il faut s’accrocher ! Je vous souhaite de retrouver la forme ! mais il faut aussi être très patient, même s’il on est poussé à croire qu’il n’y aura pas nécessairement une solution. Il y en a probablement une !

      Pour votre poignet, vous avez déjà eu de la kinésithérapie j’imagine ? Si oui, est-ce que cela a eu un quelconque effet positif ? Vous tapez beaucoup à l’ordinateur dans votre vie quotidienne ?

      Et la relaxation ? Oui, ça peut faire rigoler quand on dit ça. Des exercices de relaxation, pas obligatoirement du yoga ! Je conçois très bien que l’on peut être sceptique, et surtout que cela ne fonctionne pas sur tout le monde, cependant, il faut essayer pour savoir, si cela peut vous reposer un peu, vous aider à vous détendre un tant soit peu…

      Comment est votre sommeil ?

      Bon courage !!
      Maé

    • MERLE 8:55 le 15 janvier 2015 Permalien | Réponse

      Bonjour,
      Moi aussi je suis désespérée en deux mois de prise de Laroxyl 50 mg le soir au repas, j’ai pris 5 kgs en 2 mois de traitement et mon moral ne va pas. C’est un neurologue qui me la prescrit suite à des céphalées invalidantes ( je me suis fait opérer d’un adénome hypophysaire). Je n’en peux plus! J’avais perdu 17 kgs de moi même, j’étais heureuse passée du 46 au 40 c’était génial. J’ai changé ma garde robe et là je suis boudinée dans tout mes vêtements Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr. Je veux de l’aide.

    • Etterlen 23:29 le 14 avril 2017 Permalien | Réponse

      Bonsoir a tous
      Je viens apporter mon experience pour arrêter le laroxyl sans aucun problème.
      Je prenais tous les soirs 35gouttes de laroxyl 40mg depuis 15ans. J’ai fait plusieurs tentatives pour stopper comme beaucoup d’entre vous. Depuis que j’ai trouvé ma solution je veux en faire profiter tous ceux qui veulent arrêter.
      C’est tout simple. Par exemple en novembre je suis passé de 35gtt a 34 puis en décembre de 34a 33. En janvier de 33 a 32 etc… Je reconnais que arrêt est long mais sans aucun effet secondaire. Actuellement je suis passé de un mois a trois semaines pour aller plus vite. Et ça marche. Je me sente revivre.
      Tant mieux si j’ai pu améliorer le confort d’arrêt de cette merde

  • Pierre 19:20 le 11 February 2008 Permalien | Réponse
    Tags : addiction, , , , , , dormir, gluten, , intolérance, , , lexomil, , , , sommeil, stilnox,   

    Les doutes de la reprise 

    Je viens de terminer ma première journée après 2 semaines d’arrêt de travail. Je devais être au boulot pour 11 heures. Et bien comme d’habitude, avant de partir, j’ai squatté les chiottes une bonne demi-heure pour me vider. Ayant moins de diarrhées avec les médicaments, j’ai eu l’impression que pour une fois, j’allais faire une merde normale. Et bien en insistant un peu, j’ai pu retrouver une bonne diarrhée ensuite, qui me permit de me vider à peu prêt…. sans commentaire.

    Sommeil difficile

    Comme je commençais tard, ça allait, j’ai eu le temps de me préparer. problème, demain je dois être au boulot à 6h00 du matin. Donc je dois me lever à 4h45. Et à cette heure la, mon intestin dort paisiblement…. pour se réveiller en général vers 10h00. Mais à 10h00, je serais au boulot, en extérieur ! Je risque donc de retrouver ce problème qui me gâche ma vie professionnelle ! On verra bien. Demain sera la journée vérité.

    Au travail aujourd’hui, j’ai dis à quelques collègues que je souffrais des intestins, que je devais prendre un traitement à vie et qu’il pouvait m’arriver de souffrir à n’importe quel moment. Au moins, certains sont prévenu si une diarrhée imminente pointait le bout de son nez.

    Un autre de mes problèmes se pose également aujourd’hui: ma difficulté à m’endormir. Quand je commence tard le lendemain, ce n’est pas grave, je peux me lever vers 8h00 (dernier délai si je dois m’occuper de ma fille), donc j’ai suffisamment de temps de sommeil. Mais quand je me lève tôt, je n’arrive pas à me coucher tôt. C’est incroyable. Peut-être que c’est l’angoisse de se lever tôt qui me bloque, je ne sais pas. J’ai des collègues qui arrivent à se coucher vers 20h00, et ils dorment ! Personnellement, si je me couche à 20h00, je ne trouverais pas le sommeil avant minuit. Par le passé (l’année dernière), il m’est arrivé sur prescription de mon ancien médecin généraliste de prendre un comprimé de Stilnox (zolpidem), à prendre pendant 15 jours. Mais je ne les prenais pas d’un coup, je les gardais en prévision des journées où je dois me lever très tôt. Problème, j’en ai plus. Et quand j’ai plus, il m’est arrivé de prendre la moitié d’un Lexomil (anxiolytique), voir 1 entier (plus rare). Mais que faire alors que désormais, je suis déjà sous traitement quotidien entrain de prendre du Laroxyl et du Seresta (anxiolytique)… Ce traitement ne me sert pas à m’endormir, c’est comme si je n’en prenais pas. Et je ne peux pas prendre de Lexomil (vu qu’il m’en reste la moitié d’une boite) car j’ai déjà un anxiolytique de prescrit. C’est incroyable, j’ai l’impression d’être un drogué qui cherche la solution à ses problèmes dans les médicaments. Pourtant, si mon travail ne commençait jamais avant 11h00 du matin, je n’aurais pas besoin d’en prendre. Bref, ce soir je vais donc me coucher vers 22h00, sans rien. On verra bien.

    Irma vient de me laisser un commentaire, qui pense que je fais une intolérance au gluten (alors même que j’ai eu un résultat négatif à la prise de sang). Elle me propose de m’en passer complètement pendant une semaine. je vais essayer pour voir. Je ne commence pas demain, mais sûrement dans la semaine. Si c’est ça, je serais heureux de savoir enfin quoi faire pour régler ce problème.

    Allez, je file voir un peu dans le frigo voir ce que je vais manger ce soir, je vais ensuite chercher ma fille chez la nourrice, je passe récupérer ma femme au boulot par la même occasion. A mon retour il sera déjà approximativement 21h20, il ne me restera que peu de temps pour me préparer à essayer de dormir pour 22h00.

    La suite demain.

    Pierre.

     
    • Irma 12:05 le 12 février 2008 Permalien | Réponse

      Re boujour!
      Comme tu dors très mal, je ne t’en veux pas, mais tu as mal lu mon message : pour savoir si l’on est intolérant au gluten, on commence par enlever le LAIT de son alimentation.
      (Comme je te disais l’intolérance au gluten entraîne une intolérance au lait). L’éviction du gluten vient après.

      Pourquoi ?
      Parce que enlever le lait :
      – ce n’est pas trop difficile (il faut quand même commencer à regarder les étiquettes de composition des produits)
      – c’est une bonne indication pour savoir si oui ou non, le gluten est le problème (bon là, m’étonnerait que ce ne soit pas le cas, mais quand même)
      – tu devrais te sentir déjà nettement mieux après une semaine sans lait (douleurs de ventre, ballonnements en moins)

      Enlever le gluten, c’est plus DIFFICILE. (C’est très faisable, pas de soucis, mais au début, il faut faire une croix sur pas mal de choses et apprendre beaucoup de choses : où il y a du gluten…)
      Parce que ça veut dire enlever TOUTE TRACE de gluten de ce que l’on mange. Il ne suffit pas de ne plus manger de pain…
      Et la guérison est plus lente qu’avec le lait (le lait : une semaine, le gluten : souvent 6 mois).

      L’anxiété, le mauvais sommeil, etc…, ça va avec l’intolérance au gluten, ça partira avec le régime, ne t’en fais pas.

      Mais je te conseille d’y aller doucement.

      Enlève le LAIT une semaine. (Commence dès que possible, si demain matin si tu dois être en extérieur.)

      Tu devrais déjà aller mieux.
      Après, le gluten…Zénitude…

    • M. 12:19 le 12 février 2008 Permalien | Réponse

      Bonjour Irma,
      J’ai justement déjà complètement remplacé le lait par du lait de soja depuis 3 semaines maintenant. Donc le problème ne vient pas de la. Peut-être dois-je éliminer également le fromage, les traces de lait dans les produits raffinés, etc, ou dois-je me mettre directement à ne plus prendre de gluten. Mais en effet, la c’est une autre histoire…

    • Irma 13:57 le 12 février 2008 Permalien | Réponse

      Oui, de toute façon, il faut le supprimer aussi dans les produits raffinés, sinon, c’est comme si tu en buvais toujours…
      Ensuite, pour le gluten, ce sera un vrai changement d’alimentation.
      Plus de pâtes, de bière, de pain évidemment, pratiquement plus de produits industriels, mais du riz, des pommes de terre, des légumes, des fruits, …
      Je te conseille de trouver des bouquins et de t’inscrire à l’Afdiag – ils ont un site internet (ils t’enverront les listes des produits raffinés et des médicaments sans gluten).

    • Irma 14:08 le 12 février 2008 Permalien | Réponse

      Tiens, je te mets ce lien pour le régime. Tout le site est très intéressant.

    • M. 14:15 le 12 février 2008 Permalien | Réponse

      En effet, c’est une énorme remise en question. Les pâtes sont ma nourriture de base, j’en consomme quotidiennement. Je vais me pencher sur le sujet, c’est sur. Il va falloir de la motivation, car ça doit être extrêmement difficile de ne pas incorporer du tout de gluten dans une journée, une semaine.

      Par contre, je viens de voir qu’il faut carrément être membre de l’association pour accéder au forum de l’Afdiag. C’est pas très accueillant ce genre de méthode…

      ps: merci pour le lien ci dessus.

    • Irma 14:53 le 12 février 2008 Permalien | Réponse

      Oui, pour le forum, c’est nul.
      Tu en as un de bien dans le lien que je t’ai donné (c’est « coin des discussions »). Mais c’est canadien…

    • M. 15:07 le 12 février 2008 Permalien | Réponse

      Sinon il y a un sujet sur le forum des colopathes où l’on parle du régime Seignalet. C’est un régime apparemment efficace. Mais c’est toujours embêtant de se dire qu’une bonne partie du corps médical n’approuve pas cette méthode. Elle a au moins le mérite de ne pas faire de mal.

      je viens de vérifier ma dernière prise de sang (22/01/2008), la recherche d’auto-anticorps IgA Anti-Gliadine (F.E.I.A), le résultat est <5 U/ml.
      Interprétation: inférieur ou égal à 7 le test est négatif. Peut-on être intolérant au gluten avec un test réalisé en double dont le résultat est négatif ?

    • Irma 17:16 le 12 février 2008 Permalien | Réponse

      Le régime Seignalet est encore plus contraignant que le régime sans gluten.
      Mais c’est le même principe : ne donner au corps que ce qui ne lui fait pas de mal. C’est tellement simple et de bon sens…
      Mais j’avoue que moi, je m’arrête au « sans gluten ». Je ne suis pas une intégriste.

      Pour ta question sur les tests, je te renvoie à ce site.

      Je cite une partie de la conclusion :

      « …Cependant il faut garder à l’esprit que les tests sérologiques dans leur ensemble sont efficaces lorsque le patient est au stade final de la maladie cœliaque (Marsh IIIb-c), avec une atrophie villositaire sous-totale ou totale, et se révèlent moins efficaces chez les patients ayant une entéropathie légère (Marsh I-IIIa ). En somme, tout ce que ces tests peuvent vous révéler c’est que vous avez sans doute une intolérance au gluten, mais ils ne peuvent pas vous dire que vous n’en avez pas. »

      Enfin, je te conseille un bouquin, « Alimentation sans gluten ni laitages » de M. Kaplan. Il y en a d’autres mais celui-là est bien.

      Avec tout ça, tu te feras ton idée.

    • lysanxia 21:08 le 17 avril 2008 Permalien | Réponse

      Je suis tombée sur ton blog qui m’a tout de suite interpellé!
      Je souffre malheuresement du même problème que toi « le côlon irritable ». Je vais 6 ou 7 fois à la selle par jour, cela m’handicape dans ma vie quotidienne( boulot, relation ..). Il faudrait que j’essaye d’éliminer le lait de mon alimentation pour voir.
      Mais je ne te comprends que de trop. On est jeune et pourtant on doit faire face à cette « maladie » qui nous vieillit.
      Je vais aller prendre mon stilnox et te souhaite beaucoup de courage pour la suite, bises
      lysanxia.

    • M. 21:36 le 17 avril 2008 Permalien | Réponse

      Bonjour Lysanxia,
      je n’ai pas arrêté le lait, cependant, le matin, je prend plutôt du lait de soja.
      Ou j’en suis actuellement ? J’ai toujours le même problème, mais moins amplifié grâce au Laroxyl. Ce médicament sèche un peu, que ce soit nos déjections, mais aussi la salive (inconvénient…)
      J’essaie de ne pas trop visiter de site parlant de tout ça en ce moment, comme toujours, sur conseil de mon médecin.
      Sinon, essaie de te passer le plus possible de Stilnox, car crois moi, il est ensuite très difficile de s’en passer.
      Courage, même si je dis merci aux médicaments qui me permettent d’avoir un semblant de vie social et professionnelle, je suis persuadé que la solution à nos problèmes ne peut venir que de nous.

  • Pierre 13:45 le 7 February 2008 Permalien | Réponse
    Tags : , , consultation, , , , , menu, moral, remords, repas, , se goinfrer, toc   

    Combien de temps ça va durer ? 

    A l’heure où j’écris cet article, je suis censé être au travail… En effet, je suis allez comme prévu hier chez le médecin pour faire le point avant la reprise. Et bien il m’a encore arrêté jusqu’à dimanche. Je reprend donc lundi prochain.

    Se goinfrer

    Pourquoi cet arrêt de travail ? Et bien parce que j’ai une gastro. Et oui. A force de souffrir du ventre, on ne sait même plus lorsque l’on souffre d’une gastro entérite. Je me suis vidé hier comme rarement. Je suis allez au toilette au moins 5 fois dans la soirée, avec une diarrhée du feu de dieu. Mon cul s’en souvient encore… Mais depuis ce matin, c’est le calme plat.

    Pendant la consultation chez le médecin, il m’a demandé si je me lavais souvent les mains. J’ai répondu OUI, parce que je me les laves toujours après être allez au toilette, avant de changer ma fille, en rentrant du travail, etc. Ensuite il m’a demandé si je vérifiais souvent si la porte d’entré est bien fermé. La réponse est NON. Et la, j’ai compris que le médecin essayais de diagnostiquer un TOC chez moi. Et je ne pense pas en avoir. Il m’a prescrit un anti diarrhéïque léger pour passer ce que l’on suppose être une gastro, et prolongation donc de l’arrêt jusqu’à dimanche. C’est incroyable quand même, je sentais que ca allait mieux, j’étais même un peu constipé d’ailleurs. Et bien non, il faut que ca revienne, même en prenant du Laroxyl et du Seresta quotidiennement. Bref, j’ai moins le moral que la semaine dernière, c’est dommage.

    J’avais pris des bonnes résolutions pour le repas de ce midi. Je me suis dit allez, à partir de maintenant, tu mange raisonnablement, et si possible équilibré. Je sors une boite de petits pois carottes et une boite de sardine. En dessert ? une banane mélangé avec un yaourt nature sucré. 5 minutes après tout ça, et bien je n’ai pas résisté. J’ai mangé la moitié d’un paquet de Figolu et 5 Pépitos… On culpabilise vraiment mieux le ventre plein.

    Bref, je me demande combien de temps ce cinéma va durer. J’ai 28 ans et la santé ne me laisse pas tranquille J’espère un jour pouvoir aller au travail sans me dire « j’espère ne pas subir une diarrhée, mon acouphène va t’il rester calme, mon dos va t’il être fort, etc.« . Comme monsieur tout le monde.

    Pierre.

     
    • Neko 19:52 le 7 février 2008 Permalien | Réponse

      Bref, je me demande combien de temps ce cinéma va durer. J’ai 28 ans et la santé ne me laisse pas tranquille J’espère un jour pouvoir aller au travail sans me dire “j’espère ne pas subir une diarrhée, mon acouphène va t’il rester calme, mon dos va t’il être fort, etc.“.

      Holala j’ai l’impression que c’est moi qui ai écrit ça !!!

    • M. 15:23 le 9 février 2008 Permalien | Réponse

      Et pourtant c’est bien de moi dont il s’agit 😛

      Haaa, si seulement…

    • Irma 11:37 le 11 février 2008 Permalien | Réponse

      Hello, marrant ton blog.
      Bon ben moi, je te parie que tu fais une intolérance alimentaire au gluten.
      Oui, j’ai bien lu que tu as déjà fait un test pour le gluten, négatif. Mais des « négatifs » qui recouvrent la santé après le régime sans gluten, il y en a plein les forums… (dont moi, mais je ne vais pas sur les forums…)
      Alors concrètement, il faudrait que tu soustrais pendant une semaine de ton alimentation tout ce qui contient du lait. (Le gluten endommage les cellules de l’intestin qui permettent de bien digérer le lait. C’est un premier test, plus rapide à faire que l’éviction du gluten).
      Si tu vas mieux, il y a de grandes chances que tu sois intolérant au gluten. Sinon, c’est que j’ai perdu mon pari (ça m’étonnerait).

    • M. 18:23 le 11 février 2008 Permalien | Réponse

      Bonjour Irma,

      Allez, c’est décidé, je vais tenter une semaine sans gluten. Mais cela veut-il dire qu’il faut que je bannisse également le lait qui pourrait être présent dans des gâteaux par exemple ?

      Merci d’être passé 🙂

    • rss 22:39 le 3 juillet 2008 Permalien | Réponse

      Hello ! Billet très pertinentb;) cependant j’ai du mal à comprendre : ‘je me demande combien de temps ce cinema va durer’ … bonne continuatkion ! 🙂

    • Maya 18:02 le 3 mars 2009 Permalien | Réponse

      Coucou!! Si tu arrête le Gluten il faut attendre au moins 2 bon mois environ avant de voir des résultats. Bonne chance !! 🙂 xx

    • mouais 15:54 le 31 décembre 2012 Permalien | Réponse

      je ne comprends pas le passage avec le diagnostique du TOC? quel rapport avec la diarrhée?

  • Pierre 11:18 le 31 January 2008 Permalien | Réponse
    Tags : angoisse, anxiété, , , , , , hypocondrie, intestin, mensonge, mentir, stress   

    Je suis un menteur 

    J’ai appelé au boulot aujourd’hui, pour prévenir que je serais absent jusqu’au 6 février inclus. Et bien je n’ai pas pu m’empêcher de mentir. J’ai dis que j’avais une coloscopie de prévue vendredi matin…

    Pinocchio vert

    Je me sens vraiment con d’avoir dit ça, de ne pas avoir eu le courage de dire la vérité, la vrai: « Je souffre de diarrhée imminente lorsque je suis exposé au stress, à l’anxiété. Et alors ? t’as un problème ? » C’est vrai quoi, j’ai beau ne pas détester mon métier, il n’en demeure pas moins très stressant… Et mon ventre l’accepte mal.

    Souffrir de ça est tellement tabou qu’il a fallu que je dramatise en parlant de coloscopie, d’hopital, d’anesthésie générale, etc. Honte à moi, car quand je vais reprendre le travail (je suppose le 7 février), et qu’on va me demander comment s’est passé la coloscopie, quel est le résultat, et bien je vais devoir mentir, dire que le gastro entérologue n’a trouvé qu’un intestin fortement irrité. Ca se trouve, je passe à coté de quelque chose et il serait peut-être vraiment utile que j’en refasse une… Mon Hypocondrie arrive à grand pas !

    Pierre.

     
    • Neko 21:17 le 31 janvier 2008 Permalien | Réponse

      Je pense que tu as bien fait de dire cela. Ce n’est pas vraiment du mensonge, et en plus cela te permet de leur faire savoir que tu as des problèmes à ce niveau, sans avoir à entrer dans les détails, ainsi personne ne te jugera… Ne culpabilise pas ! 😉

    • M. 22:33 le 31 janvier 2008 Permalien | Réponse

      Bonjour Neko,

      c’est vrai que dans un sens, j’informe par ce biais tout le monde que j’ai un soucis d’une certaine ampleur au niveau du ventre. Donc en cas de problème, ce sera plus facile à justifier.

      Ce qui me gêne un peu dans ce genre de mensonge, c’est qu’on peut avoir l’impression d’avoir vraiment fait une coloscopie alors que non. Ca donne presque envie d’en faire une pour confirmer le diagnostic imaginaire 😉

      A bientôt,
      M.

    • Neko 19:15 le 2 février 2008 Permalien | Réponse

      J’ai cru que tu en faisais vraiment une ! lol
      Tu n’as qu’à dire qu’elle a été annulée, ou ajournée mais pas encore de date fixée… 😉

    • M. 19:33 le 2 février 2008 Permalien | Réponse

      Trop tard, on a déjà appelé hier et aujourd’hui pour savoir comment ça s’est passé… J’ai dis que le médecin n’avait pas trouvé grand chose hormis un intestin fortement irrité, et que j’avais le reste du diagnostic mercredi prochain, date à laquelle je dois retourner voir mon généraliste pour ajuster le traitement en cours…

      Je n’aime pas me retrouver dans ce genre de situation, mais maintenant c’est trop tard. En espérant que personne de mon boulot n’atterrisse par le plus grand des hasards sur ce tout petit blog.

    • lila 1:30 le 3 février 2008 Permalien | Réponse

      Comme je te comprends…

      Je ments en permanence sur mon état de santé et c’est aujourd’hui après une énième crise de panique, qu’en cherchant sur internet j’ai mis un mot, un nom sur ce que je suis et ce qui m’affecte. Je suis laxophobe ou colopathe peu importe.

      Mettre un nom aide à matérialiser ce que je dois combattre tout en le rendant paradoxalement plus prégniant. J’ai peur, je suis également en arrrêt jusqu’au 6 février et pour les même raisons. C’est drôle j’ai moi aussi invoqué la colloscopie, comme si c’était moins « sale », moins génant quand tous nos pb passaient par la case honorable de l’hopital!!! Je suis psy, jeune psy, c’est d’autant plus rageant car je connais mes symptômes, leur causes, leurs origines… Mais rien à faire, je sombre! Je suis fiancée, j’ai peur de tout perdre! Enfin bref.

      Courage à nous et à tous ceux qui traversent cela! Mais une chose est sûre, ne culpabilise pas, si il y avait moins de facteurs engrangeant cette pression, tu parlerais de cela sans nul mal. Les personnes qui ne le vivent pas, peuvent compatir certes mais en aucun cas comprendre, c’est ce qui isole chaque personne et son mal (quel qu’il soit) du reste du monde.

    • M. 11:31 le 3 février 2008 Permalien | Réponse

      Bonjour Lila, merci de passer me lire 😉

      Savoir que on est colopathe et/ou laxophobe est je trouve une étape importante pour guérir ou amoindrir les symptômes.

      Ton médecin te soigne pour une gastro, où il te sait déjà colopathe ? As tu fais des examens, comme une coloscopie par le passé ?

      Courage, je suis sur que tu n’as pas épuisé toutes les possibilité pour te soigner 🙂 .

      Pierre.

    • lila 12:17 le 3 février 2008 Permalien | Réponse

      Et bien en fait mon médecin est…un incapable. Je vais le voir depuis longtemps mais il ne m’examine quasiment pas. Il m’a effectivement traité pour une gastro et m’a demandé de faire une coproculture, que je vais faire sous (très) peu. En fait j’ai pensé la moitié de la nuit à mes cours sur la somatisation et je me suis endormie en me disant « moi je suis plus laxophobe ».

      Et c’est pourtant la première chose à laquelle j’ai pensée en me levant. Je crois beaucoup au pouvoir de la thérapie, comme je n’ai plus beaucoup de moyens je vais faire appel à un psy du centre médico psychologique dont je dépends. Ce sont des consultations gratuites, mais j’éspere que la gratuité n’altère en rien l’éthique et la pratique de ces médecins. Je m’en rendrai vite compte. En fait ma laxophobie se déclare quand je crée une névrose, du genre j’ai pas envie de faire quelquechose ou un certains travail car je sais qu’à terme cela ne sera pas bon pour moi, mais je me force à le faire en basculant toutes mes peur dans ma sphère inconsciente. A ce moment là, mon ventre (dont j’ai vraiment bien conscience par contre lol) se manifeste pour m’empecher de faire ce que je m’apprete à faire. Une sorte de régulateur, mais du coup j’ai peur qu’il régule même quand je suis en adéquation avec mes choix.

      Le justicier gastrique, tu parles d’un phénomène! Mais c’et vraiment par rapport au regard des autres parce que par exemple, je ne sais pas si je pourrai le refaire mais, en septembre j’ai passé 3 jours à l’étranger, je marchais des kilomètres sans savoir où j’allais et la question des toilettes ne m’effleurait même pas l’esprit. Ils pouvaient se moquer de moi je m’en foutait puisque je ne comprenais pas la langue!!!

      Un dernier point, j’ai découvert que j’étais même laxophobe à cause de la prédominence d’une autre phobie « l’apapophobie ».J’sais pas si tu connais. C’est la peur d’aller aux toilettes ailleurs que chez soit. Ce qui fait que comme tu le racontes on a souvent envie d’aller aux toilettes à un instant précis, si je me trouve chez des invités ou à mon boulot, voire certaines amies proches il m’est impossible d’y aller….horrible!

      Je commence mon dimanche en poésie on dirait!! lol
      A bientôt
      Lila

    • M. 12:47 le 3 février 2008 Permalien | Réponse

      En effet, je ne connaissais pas l’apapophobie. Personnellement, tant qu’il y a des toilettes, même un trou, tant qu’il y a une porte aussi, je gère, pas de problème. J’ai toujours deux paquets de mouchoirs sur moi, au cas où il n’y aurait pas de papier.

      Parfois, il m’arrive d’oublier à la maison les mouchoirs et ma boite de survie. Une boite de survie ? Qu’est-ce que c’est ? C’est une boite de paracétamol effervescent vide contenant un cachet de Debridat pour le mal de ventre, un cachet de Lexomil en cas d’extrême angoisse, un de Lysanxia en cas d’angoisse, un d’Arestal pour la diarrhée. Si j’oublie la boite, je me sens mal…

    • Andre 18:47 le 2 décembre 2010 Permalien | Réponse

      Bonjour

      Ouffff j’ai lue les messages et croyez moi j’espère que personne qui me connait lie ce site .

      Oui je comprend les personne qui par stresse mente ou dit des fauts mensonges , caché une certaine vérité n’est pas mentir mais essayé de gagner du temps pour comprendre ce qui ce passe dans nos agissements , moi je suis tellement calé dans mes mensonges que j’arrive plus a vivre normalement, après une thérapie sa ma aider un peu mais des fois sa reviens .

      J’ai compris une chose avec le temps —- Après m’être fais accusé a tord dans un contexte asser grave , la personne a mentis a mon sujet et ma accusé , tous le monde qui m’entourais la crus et il sont éloigné de moi , ouffff le jugement fait réagir le monde et très rapidement je me suis retrouvé seul , alors j’ai eu le temps de penser et des fois je me dit —– Pourquoi dire la vérité si le mensonge est crue .
      Pour arrivé a me dire dire la vérité emporte des bons résultat mais a quel prix .

      Bon ok asser dit désolé d’avoir pris autant de place mais fallais que je dise ce que je pensais de la vérité , ok mauvaise expérience emporte des critique négative , je risque quand même d’ecrire ici .

      Merci …..André

    • ppetilou 20:24 le 7 juin 2012 Permalien | Réponse

      C’est irrespecteux de mentir aux personnes qui vous croient et vous font confiance. Pourquoi ne pas tout simplement aller voir un généraliste ou un psy…et dire que vous êtes stressé Si votre employeur vous parlait d’évolution de poste alors qu’il vous virerait en fin de compte, vous seriez compréhensif? La vérité , y a rien de mieux et pour soi et pour les autres quand on les respecte….

  • Pierre 14:13 le 30 January 2008 Permalien | Réponse
    Tags : , , , dent, dent céramique, , dents de sagesse, , extraction, glander, , , nutella, , , ,   

    Deuxième semaine d’arrêt maladie 

    Comme prévu lors de ma dernière visite chez le médecin, je me suis rendu ce midi chez lui, pour faire le point.

    arrêt de travail en statistiques

    Je lui ai donc dit que je n’avais plus de diarrhées depuis que je prenais le traitement (Laroxyl et Seresta), que je me sens moins angoissé et stressé (normal, je reste chez moi). Cependant, il trouve que reprendre le travail est prématuré, qu’il serait bénéfique pour moi d’accepter une deuxième semaine d’arrêt de travail et d’en profiter pour sortir un maximum (cinéma, train, supermarché, visite, etc.). Le but étant, vous l’avez compris, de m’habituer à être en extérieur sans focaliser sur une éventuelle diarrhée imminente qui pourrait subvenir loin de toilettes disponibles…

    C’est bien la première fois que je vois un médecin qui me demande, pour ma santé, de bien vouloir accepter un prolongement d’arrêt maladie afin d’aller au cinéma ou visiter Paris… Lorsqu’il me dit ça, je ne sus pas si j’étais content de ne pas aller bosser, ou coupable de profiter de cette maladie qui me ronge pour rester tranquillement devant mon ordinateur ou une bonne série TV, avec des toilettes propres et libre à toute proximité, au cas où.

    Je suis presque ennuyé par cet arrêt maladie finalement. Est-il vraiment justifié ? Le médecin me demande de sortir. mais j’en ai pas envie ! Je suis partant pour allez faire les courses, emmener ma fille chez la nourrice, la chercher, chercher ma femme à la gare quand elle le souhaite, mais sortir pour dire sortir, ça ne me tente pas. Je n’ai pas envie d’aller au cinéma, visiter je ne sais quoi, flâner dans la rue où je ne sais quoi d’autre. j’ai envie de rester tranquille à la maison, comme d’habitude, devant l’ordinateur, où la TV, bref, GLANDER. Et je n’en suis pas fier… mais je suis comme ça. Je suis un glandeur… qui finalement est bien content d’être encore arrêté une semaine!

    Je suis peut-être proche des toilettes, mais je suis également proche du frigo. Hier, j’ai tout dévalisé. J’ai mangé comme un porc. J’en ai parlé au médecin, qui m’a dit que c’était très courant chez les patients prenant du Laroxyl… Il ma donc demandé de faire très attention à l’alimentation, que la tentation serait encore plus forte que d’habitude. d’autant plus qu’il a décidé d’augmenter la dose de Laroxyl pour passer à 75 mg par jour… C’est dur. Quand je pense à la demi baguette (beurre demi sel + Nutella) que je me suis enfilé hier à minuit passé. Humm c’était bon. Je culpabilisais en la mangeant, mais le plaisirs à prit le dessus…

    J’ai écris sur le blog avant-hier que je devais aller chez le dentiste, hier. J’y suis bien allez. Rendez-vous à 9h00, j’étais sur la « table » à 9h01, à 9h05 il m’arrachait la dent (ce qu’il en restait plutôt), à 9h10 j’étais déjà parti, et un autre patient pouvait prendre place. Incroyable. Un petit moins de 40€, 10 minutes de boulot. Pas mal dit donc 🙂 . J’ai encore un peu mal aujourd’hui, mais je pense que ça devrait aller mieux rapidement.

    Il me reste donc à arracher ma dernière dent de sagesse, à re-plomber une dent qui a un plombage défaillant qui cache peut-être une carie en dessous (supposition), et à me faire poser une dent en céramique sur pivot ($$$) à la place de la dent arrachée hier matin. Courage!

     
  • Pierre 15:40 le 28 January 2008 Permalien | Réponse
    Tags : , , , , couronne, , , , odontologie, plombage toilette, racine, resection apicale,   

    Constipation, acouphènes et dentisterie 

    J’entame aujourd’hui mon 6ème jour d’arrêt maladie. Ca passe vite. Où en suis-je depuis le début de l’arrêt de travail ?

    Et bien je suis constipé. Je ne suis pas allez au toilette pendant 3 jours, et la, j’y vais une fois ou deux, mais ya pas grand chose qui sort. Décidément, j’ai une rééducation à faire de côté. Je dois retourner voir le médecin mercredi, pour savoir un peu où j’en suis, si on prolonge l’arrêt de travail, si le traitement (Laroxyl et Seresta) me convient. J’ai l’impression que oui, ce traitement me convient. Je me sens mieux, moins stressé, moins angoissé, je n’ai plus de diarrhées depuis quelques jours.

    Par contre, mon acouphène est plus présent. Est-ce parce que je focalise moins sur ventre, donc j’ai toute la place pour penser à mon acouphène ? Est-ce parceque je suis tout simplement à la maison, donc au calme, donc l’acouphène se fait plus entendre ? Est-ce le traitement médical qui m’augmente en effet secondaire la perception de mon acouphène ? Je n’en sais rien.

    J’ai rendez-vous chez le dentiste demain. Décidément, je fais tout en même temps. Il faut croire que c’est par période, en effet. Il y a 3 ans, je suis allez chez le dentiste pour me faire soigner une carie. Mais j’avais attendu trop longtemps. Le dentiste avait beau gratter, on arrivait au bas de la dent (une prémolaire). Il m’a donc dévitalisé la dent, couper la moitié dans le sens de la hauteur, et installé une couronne en métal. Problème, j’avais toujours mal lorsque je mâchait sur cette dent. Le dentiste ne souhaitant pas abîmer son travail m’envoya chez un confrère afin de subir une resection apicale.

     dentiste

    Resection apicale. Qu’est-ce que c’est ? C’est une opération chirurgicale en anesthésie partielle (typique chez un dentiste), qui consiste à ouvrir la gencive sur le coté, pour couper les racines d’une dent. Croyez moi, j’ai jonglé comme jamais. JAMAIS je n’ai eu aussi mal en douleur post-opératoire, pendant au moins 3 semaines. Le problème devant être réglé, je retourne chez le dentiste pour qu’il me remette une couronne. Je ne devrais plus avoir mal normalement. Le dentiste m’offre la couronne en céramique, pour s’excuser d’avoir du m’envoyer subir une resection apicale.

    Conclusion ? j’ai encore mal en mâchant sur la dent ! Incroyable. je décide d’en rester la, et de vivre avec. 3 mois plus tard, en mâchant un chewing-gum, la couronne est parti. J’ai décidé de ne pas retourner pour me la fixer, et de rester avec à la place d’une dent un bout de racine et le support de feu la couronne.

    C’était il y à peu prêt 2 ans. Et il y à quelques semaines, la « mèche-support » en alliage qui était incrustée dans la racine est parti également ! je me retrouve donc maintenant avec un trou, et dans ce trou, une racine de prémolaire, percé en son centre… Voila pourquoi je me rend chez le dentiste demain.

    Pourquoi ne pas y être allez avant ? Tout simplement parceque depuis, j’ai déménagé, et que je ne connais pas de dentiste. Et je ne peux pas allez chez n’importe quel dentiste… Comme beaucoup de monde, je n’aime vraiment pas m’y rendre. Alors y aller au petit bonheur la chance sans savoir sur qui on va tomber, il en est hors de question. Donc j’ai demandé à un voisin, qui m’en a conseillé deux réputés « bon ». Un qui est très cher et qui fait du très bon boulot, et un qui est dans une gamme de prix raisonnable, et qui est bon aussi. J’ai donc choisi la deuxième solution. Mais attention, je n’y vais pas pour me faire enlever la racine! Comme je n’ai pas encore jugé de moi même, j’y vais pour un simple bilan. Et si il m’inspire confiance, alors la oui, on pourra parler des 4 choses que j’ai à faire pour mes dents. Première chose, enlever la racine restante de la prémolaire, en vu de faire installer plus tard une dent sur pivot. deuxième chose, extraire la dernière dent de sagesse (externe celle la) qui me reste encore à faire arracher. troisièmement, traiter une douleur que j’ai se trouvant sous un plombage (un vrai en plomb!). Et dernièrement, un petit détartrage pour fignoler tout ça. Pour le reste, ça roule.

    Voilà voilà. J’espère que 2008 sera pour moi le renouveau en ce qui concerne ma santé. ne plus subir de diarrhées impérieuses, régler ce problème de dents, soulager mon dos (j’ai une légère cyphose) en allant (si le médecin le veut) chez le kinésithérapeute, etc. pour le reste, on verra 🙂

    Pierre.

     
    • So 9:43 le 29 janvier 2008 Permalien | Réponse

      Ah, ben je vois que j’ai un ami des toilettes sur la toile !

    • M. 13:08 le 29 janvier 2008 Permalien | Réponse

      Absolument.
      On fait parti du même club, malheureusement pour nous 😉

    • lila 1:47 le 3 février 2008 Permalien | Réponse

      En te lisant je souris car vraiment, notre parcours s’il est certainement différent, est ponctué des mêmes actes et pb médicaux!!

      Résection apicale dont j’ai mis trois mois à me remettre avec une langue gonflée et des douleurs atroces, le kiné (mais pas pour le dos!!!) et surtout cet horrible point commun: notre attirance pour ce lieu confiné que sont les toilettes (vivement que cesse cette addiction). j’ai lu également que tu étais marié, moi c’est mon rêve mais mon fiancé à compris que mon ventre ne resisterait pas à une journée de mariage. Ce sera donc pour plus tard je l’éspère!

    • M. 11:49 le 3 février 2008 Permalien | Réponse

      LOL c’est incroyable ça, problèmes de ventre plus résection apicale. C’est pas courant quand même 😉 . Il ne te manque plus que l’acouphène, mais alors la, je ne le souhaite à personne.

      Pour le mariage, à la base, je n’étais pas pour. On s’est marié après 5 ans ensemble, dont 3 sous le même toit. Je me suis marié parce que c’était vraiment le souhait de ma femme, et parce qu’elle était enceinte. Ma femme voulait porter le même nom de famille que sa fille.

      En ce qui concerne la journée du mariage, cette journée a été gâché en effet non pas par la colopathie, mais plutôt par la laxophobie. Je n’ai quasiment pas dormi la veille, mais ca, c’est normal, mais le jour même, je n’ai pensé qu’à une chose… Qu’elle se termine. On est tellement le centre du monde pendant son mariage, que forcément, tout le monde vous regarde, tout le monde veut vous parler, tout le monde veut vous prendre en photos, tout le monde vous cherche des yeux pendant le repas, vous avez l’impression qu’on vous suis des yeux quand vous allez aux toilettes etc.

      Je te conseille malgré tout de te marier, MAIS… ne fait pas comme moi, c’est à dire y aller sans préparation. Va d’abord voir ton médecin pour qu’il te prescrive les médicaments qui te permettrons de passer la journée. Ce n’est pas une journée comme les autres, alors autant être libéré ce jour la. Au final, je suis quand même tres heureux d’être marié, je regrette simplement de ne mettre pas préparé.

      A bientôt 🙂
      Pierre.

    • lila 12:27 le 3 février 2008 Permalien | Réponse

      Oui je comprends, c’est horrible tous ces gens qui vous tourne autour… Ah rien que d’y penser! Oui! Ce sera pour un peu plus tard!

      Mais c’est vrai que maintenant que c ‘est passé, tu dois être heureux! De toutes façons honnêtement laxophobie ou non, je jour J, tout le monde est stréssé. Ce n’est pas sans mal qu’au quotidien on gère sa famille, alors le même jour avoir à faire à sa belle famille, sa famille et ses amis… Qui peut résister à ça?

      À bientôt,
      Lila.

    • M. 13:00 le 3 février 2008 Permalien | Réponse

      Je pense que parfois, on a besoin de se faire violence. Le moment où ton copain sera décidé, prévoyez de suite une date pour le mariage, avec la mairie. Comme ça, tu n’aura plus le choix et tu devra trouver une solution pour que la journée se passe bien.

      N’hésite pas à changer de médecin si ce dernier ne te convient pas. J’ai vu plusieurs médecin personnellement. Maintenant que j’ai trouvé un généraliste qui a envie de m’aider à m’en sortir, je me sens mieux. Biensur, il y a les médicaments que je prend actuellement, mais c’est tout de même bien lui qui les prescrits.

      Allez, profite quand même de ton arrêt de travail pour te reposer et reprendre des forces. Pourquoi ne pas essayer aussi de mieux s’alimenter? Ca ne peut pas faire de mal. Dommage que ton médecin n’ai pas profité de ton arrêt de travail pour te prescrire un médicament pour calmer l’angoisse, afin que ton corps fasse une pause. Et on en a bien besoin, stressé et angoissé que nous sommes!

  • Pierre 17:47 le 26 January 2008 Permalien | Réponse
    Tags : , audition, , clonazepam, , hopital, neurinome, oreille, orl, recherche, rivotril, scanner, sifflement, suicide, tcc, vasobral, vastarel   

    Acouphènes à perpétuité ? 

    oreille et fusil 2

    Un matin de décembre 2002, je me reveille, et j’ai l’impression que j’ai légèrement l’oreille droite bouchée. Ho, ce n’est rien, vite dans la salle de bain. Je prend un coton tige et… je me fait un bouchon… Je n’ai plus qu’à prendre rendez-vous chez l’ORL (Oto-rhino-laryngologue) pour qu’il me le retire.

    J’ai rendez-vous un samedi matin. Il m’avait déja retiré un bouchon que je m’était fait quelques années auparavant. Et il me le retire, en 3 secondes, facilement. Problème, j’entend un léger sifflement dans l’oreille désormais… Ca va passer me dis-je… Voilà plus de 5 ans que je l’entend, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7…

    Une semaine après, je reprend rendez-vous chez l’ORL, pour lui parler de ce sifflement. Je ne parlais pas encore d’acouphène à proprement dit à ce moment la. Je pensais que c’était le traditionnel sifflement que l’on entend à chaque fois qu’on sort de boite de nuit, et qui disparaît le lendemain matin… Il me prescrit 3 mois de Vastarel et de Vasobral, deux vasodilatateurs. L’ORL ne me parle absolument pas d’acouphènes à ce moment la. Je n’imagine même pas que ce genre de galère puisse durer toute une vie.

    Bref, je prend mon traitement sérieusement… pendant 1 mois. Comme je ne voyais venir aucune amélioration, j’ai arrêté le traitement. Si seulement l’ORL m’avait mieux sensibilisé sur l’acouphène et ses traitements, si seulement je m’était renseigné sur le web le jour du sifflement, je n’en serais peut être pas la aujourd’hui. L’ORL m’envoi faire un scanner du crâne, afin d’écarter un éventuel neurinome de l’acoustique. Pas de place pour le scanner avant… 6 mois ! Six mois passe, avec l’espoir que cette examen permette d’ouvrir une piste, en vu de ma guérison.

    Je passe donc le scanner, à poil dans une sorte de robe de chambre en papier. On vous glisse horizontalement dans une IMMENSE machine (je me suis demandé à ce moment la comment cette machine, le scanner, à pu entrer dans cette pièce). Vous ne devez absolument pas bouger, et vous entendez un bruit qui fait TAC TAC TAC TAC TAC rapidement, pendant quasiment tout l’examen. Je sort au bout de quelques dizaines de minutes. Peut-être moins, je ne sais plus. Résultat, négatif, je ne présente pas de neurinome de l’acoustique. Ouf. Mais j’ai toujours cet acouphène. Je retourne chez l’ORL.

    L’ORL ne prononce toujours pas le mot « acouphène », on parle toujours de sifflement. J’ai mon oreille qui chauffe, elle est rouge, elle me brûle. J’ai envie de me couper l’oreille, de l’arracher comme Vincent Van-Gogh le fit. Il me prescrit du Rivotril (médicament à base de clonazépam), pour me calmer. Il doit avoir peur que je me suicide. Moi aussi j’en ai eu peur à cette période. L’acouphène vous rend fou, c’est terrible. Plus rien ne compte à vos yeux. Vous êtes prêt à donner tout l’or du monde pour ne plus subir ce foutu sifflement.

    Un an plus tard, un autre ORL me dirige vers l’hôpital européen George Pompidou, à Paris, afin de suivre 10 séance de TCC (Thérapie comportementale et cognitive). Son but ? m’apprendre à vivre avec, à intégrer le sifflement comme quelque chose de tout à fait normal et d’intégré au fonctionnement de tous corps humains. J’y suis allé 3 fois… Puis j’ai lâché l’affaire. Tout ce que j’ai pu voir et entendre dans cette thérapie, je le savais ou l’appliquais déjà.

    Depuis, je ne prend rien pour améliorer ce supplice qu’est l’acouphène. Pas une pause, pas un arrêt, rien. Depuis plus de 5 ans, ça siffle dans mon oreille, jour et nuit. Je ne sais pas si vous pouvez vous rendre compte de ce que c’est. Mon corps à peut être amplifié ma colopathie (si c’est bien ça que j’ai) pour faire diversion. Ou est-ce encore moi qui réfléchi décidément trop…

    Je mise tout de même sur la recherche. Plus de monde souffrant de ce mal se manifeste, plus les laboratoires ont d’interêt de trouver une solution au probleme. Je vous invite donc à faire parti de l’association France Acouphènes. Ce n’est pas cher, c’est ouvert à tous, vous n’avez rien d’autre à faire que d’adhérer pour quelques euros.

    Pierre.

     
    • Bertrand 1:19 le 7 avril 2008 Permalien | Réponse

      Surtout n’adhérez paw à cette association, elle est sensée aider les acouphéniques maisis en fait elle relaye le point de vue d’un groupe d’ORL et de chercheurs qui font tout pour minimiser la gravité de l’acouphène en déclarant que les acouphènes affecte réellement peu de gens.

      La preuve, lisez l’intro du forum de france aouphènes , ils y disent clairement que « la quasi totalité des aouphéniques vivent en bonne harmonie avec leurs aouphènes »

      alors que quelques lignesplus haut ils déclarent:
       » nous allons tout faire pour faire connaitre notre souffrance »

      Ce forum est dirigé par 4 retraitées qui n’y connaissent et ne font que repéter le point de vue d’une chercheuse nommée Chery, qui fait tout pour minimiser outrancièrement les aouphènes.

      Selon Chery les aouphènes se soignenet très bien grâce à … l’habituation. O croirait à un gag et pourtant c’es vrai.

      Qu’ils n’aiet rien a proposer ça peut se comprendre mais qu’ils raontent des bobards c’est plus inquiétant.

      On ne peut pas faire pire que dire ce que france aouphènes dit.

      J’a failli adhérer j’y ai vite renoncer, en fait ils agissent contre nous e non pas pour nous.

    • brissiau jeannine 14:50 le 18 juillet 2008 Permalien | Réponse

      Le 17 mars, durant une partie de brige, d’un seul coup j’ai entendu mes partenaires dans un brouillard. Comme j’étais en train de me sevrer d’un traitement au rivotril que je prenais depuis quelques années à la suite d’une maniaco-dépression, j’ai mis çà sur le compte du sevrage et je me suis dit c’est le résultat du sevrage car j’étais absolument déciée à arrêter ce médicament. Le premier oto-rhino que j’ai consulté m’a dit que lui donnait du rivotril pour les acouphènes, quant au 2ème il m’ a donné l’adresse d’un psychologue pour faire une thérapie de groupe. Je ne suis pas convaincue donc je n’irai pas. Mais quoi faire!!!!

      • canicio Yvette 10:27 le 28 octobre 2013 Permalien | Réponse

        rien ne soulage : passer par l’homéopathie, ostéopathe, l’acupuncture, suite à extraction dentaire, un praticien qui a brutalisé ma machoire, 48 heures après ce massacre, tout s’est déclaré cela fait 5 ans 24 heures/24 heures 7 jours/7

    • M. 17:05 le 18 juillet 2008 Permalien | Réponse

      Le Rivotril ne sert pas à baisser les acouphènes, mais aide à vivre avec en nous ramollissant un peu. J’en ai pris début, et ce médicament m’a aidé à ne pas faire une connerie.

      Ensuite, je suis allez chez un psychologue que m’avait recommandé mon médecin généraliste de l’époque, et ça ne ma pas plu. Je suis allez voir de mon propre chef le psychiatre le plus proche de chez moi. Il n’a pas réglé le problème, mais le fait de parler à quelqu’un à qui on peut tout dire, ça permet de vivre à peu prêt normalement (en plus d’un traitement médicamenteux). C’est parfois une affaire de personne, de feeling. J’ai déménagé depuis, et je n’ai donc pas poursuivi la thérapie chez lui, mais ça me manque quand même.

      Je te conseil donc de suivre le traitement de ton médecin en prenant du Rivotril, et quand tu auras accepté le fait que l’acouphène, c’est à vie, et bien la thérapie peut aider chez certaines personnes à assumer la vie de tous les jours.

    • sweet 21:35 le 10 octobre 2008 Permalien | Réponse

      Bonjour à toi!
      Je suis laxophobe moi aussi, et victime d’acouphènes. Ce n’est pas un sifflement qui me gène particulièrement, seulement le silence extérieur me rappelle que les sifflements sont bien là. Es-ce que l’acouphène accentuerai le stress et serait une cause de laxophobie?.. Surement.

    • M. 4:55 le 11 octobre 2008 Permalien | Réponse

      Bonjour Sweet.
      Mais j’en suis persuadé 😉

      • inconnu 19:46 le 26 avril 2011 Permalien | Réponse

        Bonjour M,

        Je souhaiterai vous contacter en privée, est-ce possible ? et de quelle manière ?

        merci

    • snoopy 10:30 le 23 novembre 2008 Permalien | Réponse

      Bonjour,
      Je suis du même avis que Bertrand. J’ai lu beaucoup sur le site de France acouphènes et des articles écrits par Chery. Effectivement, elle minimise les acouphènes d’une façon outrancière.
      On m’a prescrit, il y a deux ans, un traitement Rivotril sur trois semaines qui, selon l’ORL Ohresser Paris, est un traitement qui marche à 75%. Première semaine, 3gouttes le matin et 3 gouttes le soir, 2ème semaine 5gouttes le matin et 5gouttes le soir, 3ème semaine 8gouttes matin et 8gouttes le soir. La 2ème semaine j’étais une vraie loque et mon médecin généralise m’a arrêté une semaine : impossible de conduire, lavette etc…
      Du coup j’ai gardé « l’habitude » d’en prendre le soir pour dormir (entre 3 et 5 gouttes). Que faire pour dormir lorsqu’on a des sifflements aigus dans les deux oreilles ??
      Pouvez-vous me faire part de vos cheminements pour « vivre » avec ces ac ??
      Psychothérapie, hypnothérapie, … thérapie ??
      Merci de vos conseils qui pour moi sont plus précieux que les conseils de france acouphènes.
      Snoopy

    • manolin sanchez 0:00 le 15 décembre 2009 Permalien | Réponse

      je me reconnais dans tous vos commentaires mes chers amis acoupheniques
      je travail sur une solution de musicien pour nous aider à dormir.
      je l’ai appellé le « bruit rose ».
      aidez-moi à la mettre au point sur mon blog.
      courage à tous et à bientôt
      Manolin.

    • pmg 13:01 le 1 avril 2011 Permalien | Réponse

      Le déséquilibre de la mâchoire est certainement à l’origine de nombreux troubles non élucidés et particulièrement de troubles ORL comme les acouphènes…

    • jmAndrade (@mr_josman) 22:15 le 21 mars 2012 Permalien | Réponse

      une cause d’acouphènes, peu connue et dont la perte d’audition se trouve dans les fréquences graves c’est: La déhiscence des canaux semi-circulaires supérieurs « Syndrome de Minor » découvert par l’éminent professeur qui porte ce nom il y a environ 10 ans. Des nombreux articles ont vu déjà le jour sur le net. Si comme moi vous l’avez sans avoir tous les symptômes a part des tinnitus intenses vous l’avez découvert dans un Scanner des Rochers Attention les ORL ont tendance a vous le cacher si vous ne faites pas attention Opération lourde mais disparition des acouphènes a 90% assurées

    • Houmour 22:11 le 30 juillet 2012 Permalien | Réponse

      Bonjour comme vous tous je souffre depuis quelques moi d’acouphènes
      Mon médecin m’a prescrit du rivo que je n’ai pas osé’ commencer par peur d’accoutumance sans résultat probant par contre je soupçonne une cause mécanique .en fait quand je presse avec mon doigt derrière mon oreille à certain endroit le son s’arrête subitement.y a t’il une explication à ça.
      Merci de m’éclairer.

    • @ma_nolin 0:55 le 10 décembre 2012 Permalien | Réponse

      Bonjour Houmour, tu sembles avoir un problème de la transmission aérienne dans l’oreille moyenne d’après ce que tu racontes peut-être ta pression derrière l’oreille déconnecte les osselets ou l’étrier, ça se verra très bien dans un scanner des Rochers. Consulte ton ORL pour ça.
      bye

c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler